Polytechnique : urgence écologique et sociale, trois promotions appellent à s’engager

Dans le sillage du « Manifeste des Désert’heureuses » et « Appel à déserter. Des agros qui bifurquent » récemment repris sur notre blog, nous vous invitons à prendre connaissance des discours prononcés fin juin par quelques jeunes diplômés de l’École polytechnique. Comment expliquer cette « déviance » d’une partie des futures « élites » ? Quelle en est la nouveauté, l’ampleur, la profondeur et jusqu’où peut-elle aller ? Changera-t-elle le cours de leurs vies ou des vies du plus grand nombre ? Sera-t-elle ou non récupérée, absorbée, neutralisée par le capitalisme productiviste et ses institutions ? Bien malin ou présomptueux qui prétendrait répondre avec assurance à ces questions et c’est là une raison de plus pour prendre le temps de les écouter, de les lire avec attention. De ligne en ligne ou entre les lignes…

La Rédaction du blog

Lors de nos cérémonies de remise des diplômes, les 24 et 25 juin, nous, des jeunes des promotions 2015, 2016 et 2017, avons prononcé des discours invitant nos camarades et alumnis à s’engager d’urgence pour stopper l’effondrement du vivant. Quatre discours d’une radicalité inédite dans l'histoire de l’institution, dont vous trouverez ici les retranscriptions.

Polytechnique : La technologie ne suffira pas - Urgence écologique et sociale - Promotion 2015

© Crédit vidéo : Direction de la communication de l'École polytechnique

Monsieur le Président, Mon Général, chers professeurs, chères familles, camarades,

C’est désormais un passage inévitable de ce type de cérémonie : le discours sur l’écologie. L'École a souhaité que les discours soient positifs, légers, axés sur l’engagement. Essayons.

La cérémonie de ce matin est un peu particulière. Entre notre départ du campus et aujourd’hui, il s’est passé 4 ans. 4 ans à chercher sa voie, se perdre, penser avoir trouvé, pour bifurquer à nouveau. 4 ans également de crises sociales, de pandémie, de guerre, et de signaux toujours plus nets des dérèglements climatiques en cours. 4 ans pour prendre conscience de tout cela, pour y réfléchir, et pour mûrir.

Aujourd’hui, nous ne voulons donc pas seulement répéter les messages du Manifeste étudiant pour un réveil écologique que nous avons signé il y a justement 4 ans. Aujourd’hui, nous voulons aussi profiter de ces retrouvailles retardées pour exprimer, avec un peu de recul, toute la gratitude que nous avons pour l’X, mais aussi évoquer certains questionnements auxquels l’école nous a moins bien préparés et que bon nombre d’entre nous se sont posés ces dernières années. Des doutes, des anxiétés, mais aussi des aspirations et des rêves. Et ce avec l’espoir que ces sentiments trouveront un écho grandissant entre ces murs et au-delà.

L’X offre la promesse de former des esprits analytiques et techniciens, qui feront partie des décideurs de demain. Mais des décideuses et décideurs d’un genre restreint, pour qui résonne encore la devise centenaire de l'École : “Pour la patrie, les sciences et la gloire”. Pour les autres, qui préféreraient peut-être œuvrer “pour l’humanité, le vivant ou l’avenir”, trouver sa voie après l’X est plus complexe. Il leur faut sortir des dogmes inculqués, aller à l’encontre des carrières dorées vers lesquelles familles, proches et société les poussent. Il leur faut se convaincre que non, leurs aspirations à se rendre utiles autrement ne font pas d’elles et d’eux des privilégiés ingrats ou manquant d’ambition.

Un nombre croissant d’entre nous ressentent une dissonance aiguë entre ce modèle de réussite matérialiste, et la conscience de ses impacts sociaux et environnementaux. Entre notre formation qui vise à perpétuer un monde sans fin, et le fait que notre extractivisme épuise toujours plus les ressources planétaires. Nous sommes un nombre croissant à vouloir écouter nos doutes et explorer des alternatives à un système devenu dysfonctionnel.

On nous répondra : « Vous êtes des ingénieurs plein d’idées, vous pourriez inventer de nouvelles technologies pour nous aider. » Mais ce biais technicien, nous devons l’éviter, cette tendance à croire qu’à chaque problème on peut associer une solution technique. Car non, l'essor de l'hydrogène vert, des batteries longue durée, des biocarburants ou de la capture carbone ne suffiront pas à nous éviter un réchauffement de 4°C et l’effondrement du vivant. Nous qui sommes câblés pour rationaliser, nous ne pouvons pas le nier : la planète ne peut plus encaisser la somme accumulée de nos pressions. Le constat est clair : nous devons réduire nos consommations matérielles, à commencer par les nôtres, celles des privilégiés. Nous devons radicalement changer nos modes de vie, de production et de consommation, nos façons de nous déplacer, de manger, de travailler, d'aménager le territoire, et même de vivre en société.

Mais une fois qu’on a dit ça, qu’est ce qu’on fait ? Comment ne pas se sentir impuissant lorsque le défi est de faire évoluer les habitudes de milliards d’êtres humains ? De déconstruire l’imaginaire d’une civilisation industrielle vieille de deux cents ans ?

Commençons peut-être par notre éducation. Dans nos couloirs infusent les idéaux d’innovation technologique, d’audace entrepreneuriale : à travers des cours d’économie qui postulent la croissance exogène, ou des cursus d’intelligence artificielle, totalement déconnectés des problématiques sociétales ; à travers aussi la présence, pourtant maintes fois pointée du doigt, d’intérêts industriels dans les conseils d’administration de nos institutions, et qui s'incarnent dans la présidence de notre école ; ou encore à travers des amphis obligatoires, où des anciens nous vantent leur brillante carrière et nous invitent à mettre nos compétences au service d’entreprises qui semblent souvent avoir perdu de vue le bien commun.

Tout cela, ce sont des choix. Les choix d'une institution qui désire nous faire réussir dans le système économique de nos aînés, mais peine en contrepartie à nous donner une vision des enjeux critiques de notre temps. Une institution qui voue une foi absolue à la science et à la technique, et en fait de nous les produits. Nous devenons des techniciennes et des techniciens hors sol, meilleurs alliés d’un modèle socio-économique dont les logiques seraient immuables.

Alors rappelons d'abord que non, les règles du jeu ne sont pas immuables. Les modèles économiques dont nous héritons, sont dépendants des manuels scolaires et des professeurs qui les perpétuent. Nous sommes en droit d'exiger que nos institutions, qui forment nos jeunes à penser le monde, mettent à jour leurs récits. Elles doivent s'en montrer capables ; c’est bien là que se jouent leur mission d’intérêt général, et la légitimité de leur gouvernance.

Il est impératif de débarrasser nos formations de leurs biais, pour offrir aux jeunes générations les outils et la créativité nécessaires pour changer le système. Mais ça n’est absolument pas suffisant. Le temps nous est compté, chaque dixième de degré compte. Nous nous adressons donc aussi à vous tous, diplômés cette année comme il y a trente ans.

Nous pouvons toutes et tous contribuer. Nous devons toutes et tous contribuer. Avoir pu profiter d’études supérieures payées, c’est une chance incroyable. Bénéficier aujourd’hui d’une certaine position économique et sociale, c’est aussi une chance incroyable. Une chance qui nous donne la possibilité, et même le devoir, de prendre le temps de réfléchir, de nous questionner. A quels bénéfices est-ce que j'emploie aujourd'hui ces privilèges ? Informons-nous, indignons-nous, sensibilisons, débattons, mobilisons. Dans nos vies professionnelles comme personnelles. Avec nos proches, avec nos collègues, avec de parfaits inconnus. En militant, en résistant. En changeant le système de l’intérieur ou en désertant. Engageons-nous. Pour redonner à l’environnement et à l’humain leur juste place dans nos pratiques ; pour redéfinir nos critères de succès et de prospérité ; pour créer de nouvelles formes d’organisation associatives, coopératives, participatives. Il y a partout des marges de manœuvre, partout des victoires bonnes à prendre, partout des idéaux à bâtir. Nous avons toutes et tous un rôle à jouer pour mettre nos compétences
et notre sensibilité au service du bien commun.

Et si le découragement pointe, regardez autour de vous. Partout des gens s’éveillent, partout des gens s’engagent.

Pour l’humanité, le vivant, et l’avenir.

Polytechnique : Voies/voix d’X face à l’urgence écologique et sociale - Promotion 2016

© Crédit vidéo : Direction de la communication de l'École polytechnique

"Aujourd’hui, c’est la remise de nos diplômes ! La consécration de mon brillant parcours scolaire ! D’ici la retraite, 40 ans de carrière et de responsabilités ! Je vais réussir ma vie, être aimé, être beau, être intelligent, et puis surtout gagner de l’argent. Et puis peut-être que dans 30 ans, je serai dans ce même amphi, à la place de mes parents, à regarder la remise de diplômes de mes enfants…

- Pourtant, dans 30 ans, nous serons aussi en 2052. Les rapports du GIEC et de l’IPBES sont sans appel : nous devons résoudre en 30 ans le défi écologique. Un défi existentiel et civilisationnel dont l’enjeu est la possibilité même de soutenir la vie. Effondrement de la biodiversité, déstabilisation des écosystèmes et par ricochet de la société : migrations forcées, famines, guerres, jusqu’à la mort de millions de personnes. Avec tout ça, dans quel futur suis-je censé me projeter ?

Tu penses que tout ça n’aura aucun impact sur ta vie professionnelle ? En fait, avec tes projets de carrière tout faits, t’es un peu dans le déni non ? 

Le déni n’est plus une option. On ne parle pas d’un futur lointain et hypothétique, de « peut-être », de scénarios. On parle d’aujourd’hui. On parle de la famine à Madagascar, de la pollution en Chine, des méga incendies en Australie et au Canada, de la montée des eaux au Bangladesh, de la canicule mortelle en Inde et au Pakistan, de la déforestation en Amazonie, des inondations en Belgique et en Allemagne, de la fonte des glaciers et de températures records à nouveau en France cet été. Tout cela se passe aujourd’hui. La crise écologique est déjà bien installée. L’effondrement de la vie est déjà en cours ; y compris celui de la vie humaine. 

- Car la crise écologique n’est pas qu’environnementale, elle est aussi sociale. Notre système actuel, capitaliste et de surconsommation, celui-là même qui est responsable des dérèglements environnementaux, est aussi responsable d’inégalités inacceptables. Ces inégalités, entre pays, et entre classes sociales dans chaque pays, ne vont aller qu’en s’amplifiant à cause de la crise écologique : les plus pauvres, par manque de moyens pour s'adapter, sont les plus exposés au dérèglement climatique, et en sont aussi les moins responsables. Il paraît inimaginable que les efforts de sobriété qui seront nécessaires pour tenter d’endiguer la crise environnementale soient portés par ceux qui, en France aussi, ont déjà du mal à finir les fins de mois. Par ceux pour qui davantage de “sobriété” signifie une perte de confort intolérable. Malgré les multiples appels de la communauté scientifique, malgré les changements irréversibles d’ores-et-déjà observés à travers le monde, nos sociétés continuent leur trajectoire vers une catastrophe environnementale et humaine.

- Et moi dans tout ça, je fais quoi ? On m’a dit que la société avait investi en moi, avait investi dans ma formation à l'École, pour que je mette mes connaissances et mes compétences au service du bien commun. On m’a dit qu’en tant que future élite de la France, j’allais être amené.e à exercer des postes dits “de haut niveau”. Et on m’a dit que c’était bien, parce que j’aurais ainsi l’opportunité de me faire entendre, de changer les choses rapidement, en imposant des décisions que je trouve vertueuses et éclairées. Et que finalement, j’aurais beaucoup d’impact. Est-ce que c’est vrai tout ça ? Je ne sais pas. Ce qui est certain en revanche, c’est qu’en étant à un poste “de haut niveau”, mon potentiel de nuisance environnementale sera bien plus élevé que la moyenne. Et je dois dire que certains de nos anciens l’ont illustré et l’illustrent encore aujourd’hui.

- Nous ne pouvons pas ignorer l’urgence écologique et sociale, et moins encore la responsabilité que nous pouvons avoir dans son aggravation, comme dans les réponses à y apporter. Alors saisissons cette responsabilité, maintenant. Ce sombre tableau n’est pas une fatalité.

- OK. Alors, que faire de ces 40 prochaines années ? Faut-il sauter le plus vite possible hors du wagon 1ère classe pour ne pas dérailler ? Pour changer de cap, quels autres rêves que ceux de mes parents puis-je construire ?

- Aujourd’hui, il est urgent d’accepter d’ébranler toutes les certitudes qui ont pu nous animer jusqu’à présent. Il est urgent d’entamer un virage radical, de sortir des rails sur lesquels nous installent insidieusement notre diplôme et notre réseau. Il est urgent de renoncer à notre petit confort, un confort certes rassurant, mais délétère. Car résoudre des problèmes à la marge sans jamais remettre en cause les postulats de base du système dans lequel nous vivons ne suffira plus. 

Aussi devons-nous questionner les mots que nous utilisons pour leur redonner du sens : le flou artistique de ces indicateurs de “soutenabilité” ne devrait-il pas me faire suspecter une certaine malhonnêteté intellectuelle ? Le mot "transition écologique" est-il utilisé comme une expression à la mode galvaudée ou comme un vrai concept porteur de changement ? Perdons cette illusion : on ne négocie pas avec les limites planétaires, même à renfort d’entourloupes sémantiques ou de greenwashing. 

Il est plus que crucial d’élargir nos champs de vision, d'élargir nos champs d’écoute, de regarder le mur dans lequel nous fonçons, et de réfléchir aux trajectoires que nous pouvons prendre pour l'éviter. Il est plus que crucial de critiquer, dénoncer, d'oser s'opposer, de comprendre les blocages qui nous ont jusqu’à maintenant empêchés d’atteindre le niveau d’ambition nécessaire face à l’urgence écologique. Ces blocages sont d’ordre organisationnel, structurel, systémique : l’incapacité des banques à financer la transition est-elle simplement le résultat de quelques mauvais indicateurs ou révèle-t-elle au contraire l'incompatibilité fondamentale entre nos objectifs climatiques et la recherche constante de rendement, de rentabilité ? Ces blocages, enfin, sont aussi personnels, et c’est aussi sur ces biais que nous devons essayer de mettre le doigt.

- Notre formation nous permet d’aborder la situation avec un regard scientifique et critique. Mais elle favorise deux biais majeurs dont nous devons prendre conscience. Le premier est lié à notre posture d’ingénieurs, qui nous pousse à vouloir trouver à tout prix des solutions techniques aux problèmes. La technologie à elle seule, que cela soit bien clair, ne nous sauvera pas. Et rien ne nous garantit que son utilisation ne nuira pas. Pour relever ce défi systémique, remettons de l’humain et du vivant dans le champ trop longtemps aseptisé des sciences techniques. Ouvrons-nous à d’autres disciplines, comme les sciences sociales, les sciences politiques, l’histoire et la philosophie mais aussi des savoir-faire dont notre génération est la première à ne pas avoir hérité du tout, en maraîchage, mécanique, construction, soin aux autres, toutes ces choses qui salissent les mains en construisant et réparant plutôt qu’en détruisant et aliénant. 

Le second biais est que cette formation élitiste a pu nous laisser croire que parce que nous avions réussi un des concours d’ingénieur les plus difficiles, nous serions les plus intelligents, les plus capables, les plus à même de résoudre tous les problèmes qui se présenteraient à nous, nous coupant du même coup de la réalité sociale de notre pays. 

Redescendons sur terre. Taisons-nous, deux minutes, pour une fois, et écoutons. Écoutons véritablement. Les problématiques que nous considérons essentielles, sont-elles celles auxquelles est confrontée quotidiennement la majeure partie de la population française? Les solutions que nous proposons, et que nous pensons bonnes, ont-elles du sens, sont-elles vraiment justes pour toutes et tous?

Repartons du “terrain”, soyons à l’écoute des femmes et des hommes qui nous entourent, et qui ont beaucoup plus à nous apprendre que ce que nos prédécesseurs ont bien voulu entendre d’elles et eux. Si leur voix n’est pas audible dans le débat public, contribuons aussi à la faire entendre, pour que la démocratie reste saine et vivante. Les réponses à l’urgence environnementale et sociale seront citoyennes ou ne seront pas.

- Alors, concrètement, face à l’urgence écologique, que pouvons-nous faire ? Déserter, comme l’ont proposé des camarades d’Agro, ou agir de l’intérieur ? 

- Certaines et certains d’entre nous ont choisi la recherche, fondamentale ou appliquée, pour que les trajectoires techniques et sociales se basent sur les meilleures connaissances.

- D’autres servent la puissance publique, ou s’engagent en politique, en espérant impulser et mettre en œuvre des politiques publiques à la hauteur des enjeux.

- D’autres encore ont créé ou rejoint des startups pour passer à l’échelle des solutions techniques, parce qu’il y en a et, malgré la vigilance qu'il faut avoir à leur propos, elles seront utiles. 

- D’autres ont rejoint de grandes entreprises, convaincus qu’il faut les infiltrer pour inscrire la lutte pour l’urgence écologique au cœur de leur stratégie. 

- Certains ont choisi les think tanks. 

- D’autres ont pris des engagements associatifs, personnels, ont rejoint des groupes de réflexion radicaux. 

- Certains, enfin, se sont engagés dans des parcours de rupture, en choisissant de renverser la table et d’aller explorer de nouveaux horizons. 

- Dans toutes ces voies, la remise en question constante est absolument nécessaire. Nous n’avons plus le temps de nous donner bonne conscience, ni de nous voiler la face. Nous n’avons plus le temps de choisir des voies de non action. Nous n’avons surtout plus du tout le temps de contribuer à l’aggravation de la situation.

- En parallèle de nos engagements professionnels ou associatifs, nous pouvons montrer l’exemple en adoptant un mode de vie plus sobre, compatible avec le respect des limites planétaires et le faible budget carbone qu’il nous reste à émettre. Cela requiert de changer véritablement nos habitudes : voyager autrement, en limitant drastiquement l’avion ; manger autrement, en arrêtant la viande à tous les repas ; se loger autrement, dans moins de mètres carrés… Cette vie plus sobre, ce n‘est pas une vie plus triste ! Au contraire : c’est un retour les pieds sur terre, une opportunité pour ne plus confondre surconsommation et bonheur, multiplicité de choix et liberté. Une opportunité pour renforcer nos relations aux autres, et substituer au capital économique et financier la richesse des liens humains. 

- Nous sommes déterminés, mais nous ne pouvons pas agir seuls : nous ne pourrons relever ce défi qu’avec l’implication active des décideurs et décideuses économiques et politiques, dont une partie est issue de cette école. Alumnis polytechniciens et polytechniciennes, nous nous tournons vers vous. Faites véritablement vôtre cette posture de doute et de remise en question. Cette responsabilité est aussi la votre. Rappelez-vous-en : notre objectif doit être de servir l’intérêt général.

- Alors, que va-t-on faire de ces 40 prochaines années ? Nous voulons partager avec vous notre envie de rêver à quelque chose de nouveau. On ne résoudra pas le défi écologique par le déni ou l’inaction. 

Ayons ensemble le courage d’oser. Osons questionner le paradigme actuel, sortir des sentiers battus, osons transformer les modèles et imaginer de nouveaux futurs, osons construire un avenir différent de celui qui semble tout tracé aujourd’hui. Un avenir soutenable, un avenir juste, un avenir heureux. La société que nous voulons n’est pas une société plus dure, plus triste, de privation subie ; c’est une société plus sereine, plus agréable, de ralentissement choisi.

Même si la tâche ne sera pas aisée, c’est une perspective profondément enthousiasmante. Une perspective qui nous donne aujourd’hui envie d’essayer, d’essayer de réfléchir avec un esprit scientifique ouvert et de co-construire avec détermination, toujours dans une recherche profonde et vraie d’humilité et d’écoute. Cher.e.s camarades, engageons-nous pleinement, devenons ensemble les polytechniciennes et polytechniciens acteurs et actrices d’un futur soutenable, et surtout, d’un futur désirable. Et engageons-nous maintenant ! Car il est déjà si tard… "

Polytechnique : Mobilisation collective pour une urgence écologique et sociale - Promotion 2017

© Crédit vidéo : Direction de la communication de l'École polytechnique

Chers parents, chers camarades, chers amis,

Pour nombre d’entre nous, les années à l’X et celles qui ont suivi ont été accompagnées de questionnements, de prises de conscience ou d’engagement nouveaux. C’est pourquoi aujourd’hui nous tentons avec nos mots de porter une voix qui est issue de nombreux échanges avec nos camarades, que nous remercions du fond du cœur pour leur disponibilité jusqu’à la, traditionnelle, dernière minute.

L’X c’est une bulle. Un jeu de rôle grandeur nature où plus t’as de pulls d’asso plus t’as de points. On parle peu de ce qu’il se passe dehors, après tout, c’est normal ! le RER B c’est le bout du monde.

Aujourd’hui nous quittons notre bulle, où l’on organisait des comédies musicales à 200, où le réseau internet était géré par les élèves, où l’argent était rarement un sujet, pour débarquer en 2022, en France, dans un monde pétri d’inégalités croissantes et d’injustices face à une urgence climatique sans précédents.

Parce que c’est notre remise des diplômes, il aurait été tentant, plaisant même de tailler le bout de gras sur nos bons et mauvais souvenirs du plateau. Il y en a des choses à dire, sur cette vie de campus !

D’abord, des choses très positives : une formation académique riche et variée, de nombreux professeurs et encadrants, une vie associative foisonnante et des valeurs issues du cadre militaire qui modèlent la vie à l'X. J’ai nommé : la cohésion et le devoir d’exemplarité.

Ensuite, des choses très paradoxales : on nous a enseigné les théories économiques néolibérales, tout comme la physique du climat. On nous a forcé au silence lorsque l’image de l’Ecole était en jeu tout en nous encourageant à nous engager. On nous a bombardé de présentations de cabinets de conseils tout en nous vantant le service de l’État.

Et enfin, des choses clairement améliorables : le manque de diversité sociale, le rapport au genre et à la sexualité, pire, l’omerta sur les agressions diverses qui ont lieu sur ce campus. Aujourd’hui, alors que nous quittons notre école, nous souhaitons faire un pas en avant, et pas seulement regarder vers l’arrière.

Là, parents comme élèves, vous nous regardez tous du fond de vos chaises en vous disant, « comme d’habitude, un discours culpabilisant, avec les mêmes rengaines contradictoires qu’on entend tout le temps :

- Cesse de manger de la viande rouge

- Ne prends plus l'avion

- Ni la voiture

- Achète tes fringues sur Vinted

- Mais Vinted, ça encourage la surconsommation

- Bref... »

Et vous auriez raison, la réponse ne réside pas uniquement dans les comportements individuels. Plus encore, la question écologique ne peut être dissociée de la question sociale.

Pourtant, les partisans d’une croissance verte effrénée s’échinent à nous faire croire que la marche du monde est un problème d’optimisation solvable par des technocrates dans une tour de verre.

Aujourd’hui nous recevons un diplôme chargé d’Histoire, qui nous assure une légitimité à vie dans le monde professionnel et ce, qu’on le veuille ou non, qu’on le mérite ou non. Il nous sera toujours plus facile d'obtenir un prêt d’une banque, de gagner un revenu plus que décent, d’avoir le travail que l'on souhaite, voire qu’il soit épanouissant. Nous avons la chance d’être libre de choisir notre voie.

En tous cas plus que d’autres qui n’ont pas eu nos privilèges, qui ne sont pas nés aux mêmes endroits. Comme certains, je suis née à Paris, comme d’autres j’ai été à Louis le Grand, comme nous tous, j’ai intégré Polytechnique. J’ai pris des raccourcis, pendant que l’on répétait à d’autres qu’il suffit de le vouloir, de travailler plus dur, pour le mériter vraiment.

En partant de ces constats, nous pensons toutes les deux, avec bien d’autres, qu’il est essentiel de commencer par se poser les bonnes questions. Peut-être, d’abord, s’inspirer de nos grands anciens, ce fameux Vaneau, par exemple, qu’on a érigé en figure emblématique de l’École en omettant trop souvent qu’il se battait contre l’ordre établi et pour une société dont il rêvait.

Surtout, ensuite, se regarder dans un miroir, dans le blanc des yeux et se demander si nous essayons vraiment de porter dans le monde réel ces valeurs que l’on brandissait à l’X, d’exemplarité et de cohésion, ou si nous cédons à la facilité d’un quotidien sans problème et aux sirènes d’une société individualiste où le moi est roi. Parents, nous sommes persuadées que vous aussi avez un miroir chez vous.*

Nous ne désirons absolument pas prôner un chemin plutôt qu’un autre, car nous sommes persuadées que le meilleur moyen d'engager un combat c’est de choisir ses armes. Pour augmenter sa puissance d’agir, disait Spinoza, il faut trouver sa joie.

Alors disons non, révoltons-nous, partons si nous pensons devoir partir, battons-nous si nous pensons devoir nous battre. Encore une fois, n’oublions pas la légitimité apportée par notre diplôme, n'oublions pas que nous pouvons l’utiliser pour faire bouger les lignes. La jeunesse, dont les X, a déjà commencé un combat en signant massivement le manifeste pour un réveil écologique par exemple.

Au sein de la promotion s’ajoutent beaucoup d’autres initiatives personnelles :

- Coller des affiches féministes

- Écrire sur la démocratie

- S’engager chez Extinction Rébellion

- Passer 6 mois dans un camp de réfugiés

- Se spécialiser dans les énergies renouvelables, ou en politiques de l’environnement.

En bref, il n’y a vraiment pas besoin d’être exemplaire pour se lancer. Mais il faut commencer quelque part, toujours se remettre en question et surtout garder à l’esprit qu’à la fin, c’est la société tout entière qu’il faut repenser.

Aujourd’hui nous tous disons au revoir à ces murs et à cette école qui nous a fait grandir de multiples façons. Alors ce soir on veut se demander pourquoi et pour quoi.

Ces questions on ira les poser demain, dans les entreprises, ou sur les chemins de traverse qu’il nous reste à défricher. On les portera en étendard face aux froides analyses coût/bénéfice, face aux chiffres qui remplacent l'humain, face au cynisme de ceux qui préfèrent foncer dans le mur.

On pensera à nos lointains et plus seulement à nos prochains. On changera nos métiers d’ingénieurs pour ne plus les dresser contre la vie mais plutôt apprendre d’elle. On fera au mieux pour vivre de nos valeurs, de nos amitiés, d’art et de fête. De nos questions et de nos luttes aussi.

On s’engagera pour construire un monde dans lequel on peut continuer tous les soirs à s’opposer sur le sens de la vie, en ayant les moyens d’en parler tous ensemble.


*Phrase non prononcée à l’oral car faisant partie d’une ancienne version, mais nous souhaitons garder cette idée que notre génération n’est ni la seule concernée, ni la seule à pouvoir faire quelque chose, notamment au vu des positions actuellement occupées par les personnes de la génération de nos parents par rapport aux nôtres.

Polytechnique : Témoignage de Benoit Halgand, engagé face à l’urgence écologique - Promotion 2017

© Crédit vidéo : Direction de la communication de l'École polytechnique

Chers camarades,

Ceux qui me connaissent le savent : j’ai une conscience aiguë de la crise écologique en cours, je constate avec gravité l’effondrement massif du vivant, nos incapacités structurelles à faire face au péril climatique, ainsi que les vives tensions traversant nos sociétés. Ceux qui me connaissent le savent aussi : je ne capitule pas face à notre avenir que l’on peut juger effrayant, mais je m’engage ardemment pour tenter de le préserver.

Vous l’aurez compris, je vais vous parler ce soir des choix que j’ai posés pour agir face à ces bouleversement planétaires. Ce témoignage fait suite à plusieurs prises de parole qui ont eu lieu sur ce thème pendant la soirée. Cela peut vous sembler une redite. Je vais parler de moi, beaucoup d’autres camarades auraient pu exposer leurs choix. Mais on ne pouvait tout de même pas finir sur ce thème par ces belles paroles de Monsieur Pouyanné. J’en profite d’ailleurs pour le remercier de nous avoir permis de lutter et d’avoir fini par abdiquer.

Ces mobilisations collectives ne datent pas d’hier. Quelques mois après notre arrivée sur le campus, dès 2018, nous étions plus de 200 de notre promotion à signer le Manifeste étudiant pour un réveil écologique. Dans ce texte, nous affirmions notre refus de participer aux destructions sociales et environnementales en cours et notre détermination à changer un système économique en lequel nous ne croyons plus.

J’ai pour ma part fait le choix de rejoindre le collectif à l’origine de ce manifeste. J’ai décidé de profiter mes années d’études pour faire de cette lutte une priorité. Avec d’autres camarades, nous avons eu l’occasion de porter ce message auprès de nombreux décideurs économiques, dirigeants d’entreprises ou cadre supérieur. Un certain nombre était d’ailleurs issu des rangs de notre école. J’ai longtemps été habité par de la colère ou du dépit après ces échanges, constatant l’insouciance de ces personnes et le décalage important entre leurs promesses et leurs actes.

J’éprouve aujourd’hui davantage de la compassion pour cette génération aux manettes. J’ai rencontré des personnes stressées, déconnectées de la réalité, et des personnes qui sont en train de réaliser, plus ou moins consciemment, qu’elles se sont trompées. Que le modèle de réussite qui était le leur, leur belle carrière, leur salaire vertigineux, leurs nombreux biens matériels et leurs vacances à l’autre bout du globe, sont aujourd’hui mis en accusation par la crise écologique. Alors qu’ils cochent tous les codes de réussite de la société croissanciste, productiviste et consumériste dans laquelle ils ont évolué, ils n’ont d’autre choix que de faire face aujourd’hui à la fin de ce monde. 

Arrivant à la fin de mes études, j’aurais très bien pu rejoindre ce monde capitaliste que j’avais eu l’occasion de côtoyer. J’aurais pu sans difficulté accepter un poste qui me donnerait accès à tous les privilèges du polytechnicien : l’argent, le pouvoir, le prestige… J’aurais pu croire à ces promesses de RSE et de croissance verte. J’aurais pu croire que j’allais changer les choses de l’intérieur… avant que ce ne soit le système qui change mon intérieur. Je souhaite bon courage à ceux qui tentent cette voie, mais personnellement, je ne souhaitais pas, je ne souhaite pas faire ce choix et être un pion utile du système. 

J’ai donc décidé de vivre une année où je pourrais mettre en acte mes convictions écologiques, de manière concrète. J’ai choisi de ralentir, prendre du recul sur ce monde et sur mon futur, méditer, contempler, réfléchir. Je suis parti m’installer dans une abbaye pour suivre une année de formation théologique. Et je suis très heureux d’avoir pris ce temps d’arrêt.

Je sors de cette année plus convaincu que jamais qu’il va nous falloir innover. Non pas à la manière des greentech ou d’autres technologies que le capitalisme et ses startups qualifient de vertes, mais innover dans notre manière de vivre. Nous allons devoir quitter nos fantasmes sur la technique comme unique et magique source de notre salut face aux périls écologiques. Pour au contraire oser construire un nouveau mode de vie autour de nous. Sortir de cet individualisme, de ce consumérisme, de cette course au toujours plus, pour oser le partage, la sobriété, la lenteur.

Je suis sorti de cette année convaincu que si nous voulons changer les choses, nous ne pouvons pas nous permettre de rester entre nous, diplômés de grandes écoles, avec notre vision de technocrates que nous voulons imposer à la population. Nous vivons dans une bulle. 20% des adultes en France ont un diplôme supérieur à un BAC+2. Quelle est la part des diplômés dans notre entourage ? 95% ? 99% ? Je ne souhaite plus faire partie de cet entre-soi. 

Je crois enfin que nous allons devoir sortir de la voie du rationalisme exacerbé dans laquelle nous excellons. Nous ne pourrons pas appréhender correctement les transformations à venir si nous restons au stade des idées, si nous voyons le monde à travers des chiffres et des rapports. Nous devons incarner ces changements et écouter notre cœur. Nous devons suivre ce qu’on a dans les tripes, explorer des chemins spirituels et accueillir nos émotions. Exprimer nos peurs, nos doutes, nos désespoirs. Lutter dans la joie et dans l’espérance.

Pour toutes ces raisons, j’ai décidé que je quitterai ces mégapoles mondialisées où l’individualisme et l’indifférence côtoient pauvreté et pollution, pour m’installer dans un territoire à taille humaine. J’ai le projet de vivre dans un collectif engagé auprès des délaissés du système, des personnes exilées, des personnes en situation de handicap ou des personnes âgées. Nous tenterons d’expérimenter le partage et la sobriété, l’accueil et la relation. En parallèle de notre vie ensemble, on pourrait garder notre engagement dans la société. Nous nous investirons dans des associations, les services publics et l’économie locale. Certains feront de la recherche, d’autres de la politique ou encore de l’agriculture. 

Cela demandera quelques sacrifices mais je suis persuadé que cette vie nous rendra plus heureux, et qu’elle nous permettra de nous engager en cohérence, en bâtissant la société de demain. Quand on ose poser un regard lucide sur le péril climatique et la fracture sociale en cours, on ne peut que prendre des risques. Le pire serait de continuer comme si de rien n’était.

Première publication le 28 juin 2022 sur :
https://blogs.mediapart.fr/diplomes-polytechnique-ecologie/blog/280622/polytechnique-urgence-ecologique-et-sociale-trois-promotions-appellent-s-engage?utm_source=20220628&utm_medium=email&utm_campaign=QUOTIDIENNE&utm_content=&utm_term=&xtor=EREC-83

Posts les plus consultés de ce blog

Universidad de la Tierra : autonomía, saberes y rebeldías

NewImage

es-ES

Universidad de la Tierra : autonomía, saberes y rebeldías

La idea generalizada que tenemos de la Universidad es la de un lugar en el que estudiar durante un tiempo y acabar consiguiendo un título que certifica el supuesto aprendizaje obtenido. La continua mercantilización de la enseñanza promovida por el sistema capitalista también nos lleva a pensar en la Universidad como un lugar excesivamente caro, al que solo algunos tienen la posibilidad de ingresar y en el que, finalmente, recibes un título que ya no te sirve para trabajar (y que, a veces, tampoco refleja los conocimientos adquiridos). Si pensamos en alguna facultad concreta acabamos pensando en un edificio grande, de hormigón gris, quizás adornado con un césped y formado por las últimas tecnologías (en lo que sea). A veces también pensamos en facultades que se caen a pedazos y aulas masificadas. Esto es exactamente lo que no quería el Doctor Raymundo Sánchez Barraza. El Centro Indígena de Capacitación Integral – Universidad de la Tierra (CIDECI-UniTierra) se plantea como todo lo contrario a esa concepción capitalista del aprendizaje que tan asumida tenemos. Por eso es imposible acercarse al proyecto (hoy realidad tangible) sin que se derrumben los esquemas aprehendidos. No se concibe entender el Sistema Indígena Intercultural de Aprendizaje sin la destrucción de lo establecido. Este proyecto comienza a andar en 1983, sin embargo, no es hasta 1989 que se define como autónomo. En ese año es auspiciado por el obispo de San Cristóbal de las Casas, Samuel Ruiz, conocido por su labor indigenista y de apoyo a los pueblos originarios del Estado de Chiapas. Y por ser obispo de la ciudad durante más de 40 años (hasta que el poder consiguió alejarlo de allí para que dejara de provocar fallas en el sistema). Coordinado en todo momento por Raymundo Sánchez Barraza, quién también regala su vida a la causa indigenista. En 1994 los ideales zapatistas se entroncan con los del CIDECI y no se entiende su filosofía sin ellos. Según su coordinador (quien suelta una carcajada al momento de dirigirnos a él como Rector) la denominación de Universidad es un acto de rebeldía, una respuesta a las burlas del sistema al referirse a ellos y al no considerar la capacitación que allí se recibe como un aprendizaje real. Y es que UniTierra ni es oficial ni busca el reconocimiento oficial, sino el de los pueblos y las comunidades indígenas. Indudablemente, ese ya lo tiene. Entonces “¿por qué no podemos tener el prestigio de las universidades?”, se pregunta Raymundo Sánchez.

Estructura y organización

Niños y niñas venidos de comunidades indígenas, a partir de los 12 años y con independencia de que sepan leer o escribir o de que conozcan el idioma castellano. Este es el perfil de los y las alumnas que ingresan al centro. No hay un número fijo de estudiantes en cada momento, ya que si lo normal es que se tomen cursos de (más o menos) 9 meses, jóvenes van y vienen según su disponibilidad. Pueden tomar 15 días de curso, un mes o varios años. Dependiendo de la distancia entre su comunidad y el centro, quienes allí estudian estarán internos o externos. Esto es, quienes vienen de comunidades más lejanas serán internos y harán uso de los albergues con los que cuenta el centro mientras que quienes residan en comunidades circundantes estarán externos, yendo y viniendo a sus cursos a diario. Así como el número de alumnos es variable en cada momento, lo que si se mantiene es la proporción de hombres y mujeres. Sobresalen los chicos sobre las chicas. En número, claro. También son constantes los y las estudiantes que desconocen el castellano al llegar a sus cursos. Las lenguas que predominan son el tzotsil, el tzeltal y el ch’ol; aunque son muchas más las que se cruzan en los talleres del CIDECI. Los profesores conocen esas lenguas, aunque no siempre hablan a los y las alumnas en su lengua materna, “porque si no nunca aprendemos” como dice uno de los chicos que allí desarrolla su actividad.

Los saberes que se imparten van desde cursos de tortillería y panadería (con los que se abastece el comedor en el que colaboran los y las estudiantes) hasta cursos de herrería, electricidad, carpintería y alfarería. Es gracias a la aplicación de estos aprendizajes que el centro es lo que es hoy en día, ya que ha sido totalmente construido por quienes allí estudian. Igual que la mantención del mismo. Un ejemplo, las cortinas se hacen en el taller de telares, y luego se cosen y preparan para su uso en el taller de corte y confección y luego, en el caso de que queramos que las cortinas lleven algún motivo dibujado este se hará en el taller de pintura. Así cualquier cosa que veamos en el vasto terreno del CIDECI habrá sido construida gracias a los saberes que allí se han transmitido. Todo esto sin dejar a un lado la música, mecanografía o computación, donde además se practica el arte de arreglar con las manos todos los instrumentos necesarios para estas actividades. Junto con estos saberes hay unas cuantas áreas de estudios como son: Derecho Autónomo, Arquitectura Vernácula, Agroecología, Hidrotopografía, Administración de Iniciativas y Proyectos comunitarios, Interculturalidad o Análisis de los Sistemas – Mundo. Al terminar su estancia en la UniTierra, los y las alumnas reciben apoyo en un proyecto para aplicar sus conocimientos en la comunidad de la que provienen. Así se les surte de conocimientos, asistencia y las herramientas necesarias para echar a andar sus ideas en sus comunidades. Unas ideas que luego repercutirán en sus compañeros más cercanos facilitándole o mejorándole sus vidas en comunidad ¿Cómo no considerarla Universidad, cuando quizás sea la más digna de todas?

Instalaciones y autonomía

La autonomía se respira en el aire de la Universidad de la Tierra. En el taller de zapatería se hacen los zapatos para los y las alumnas, el huerto ofrece las verduras que se cocinarán en el comedor, pero también las que sirven de alimento a los animales de la granja (conejos, borregos, ocas, cerdos, gallinas y pavos). Trabajar en el mantenimiento de estas instalaciones es la reciprocidad que ofrecen quienes allí estudian a cambio de la gratuidad lugar. Y a su vez, todo lo producido sirve para abastecer a las personas que allí residen. ¿Y la luz y el agua? Evidentemente, no vienen por parte del gobierno o de alguna institución oficial ya que lo único que se ha recibido por parte de estos ha sido un cruel hostigamiento. La CFE (Comisión Federal de Electricidad) ha merodeado por la zona de manera amenazante en busca de pagos. Eso se supera gracias a la instalación de generadores de electricidad. El agua que abastece a todos y que corre por el sistema de riego que hay instalado proviene de un profundo pozo cavado en sus terrenos. Autonomía total.


NewImageCada jueves los y las estudiantes se reúnen aquí para tratar temas de actualidad, movimientos sociales o problemas que se planteen en sus comunidades.

Lejos de tener carencias, la Universidad de la Tierra se muestra como un paraíso. Las instalaciones y su integración en la naturaleza distan mucho de lo que podemos pensar de esta universidad sin zapatos, como se autodenomina. Además de las decenas de talleres (entendidos como lugar físico), del comedor y de las construcciones que guardan los generadores; son varias las salas para seminarios y aulas que se prestan a otros movimientos sociales. Una colorida capilla se presta a la realización del culto y un enorme auditorio se abre a grandes celebraciones y tiene siempre las puertas abiertas al EZLN, quien celebró en dicho auditorio la Clausura del Primer Festival de las Resistencias y las Rebeldías Contra el Capitalismo este pasado mes de enero.

Filosofía e inspiración

Además de inspirarse en el EZLN y el obispo Samuel Ruiz, este centro por y para indígenas se asienta sobre los principios de Imanuel Wallerstein y de Iván Illich. Del primero agarran su análisis sobre el capitalismo basado en conceptos como Sistema – Mundo. Es de Iván Illich de quien beben sus concepciones acerca de la enseñanza, el aprendizaje y la desescolarización. Se olvidan del tipo de enseñanza impuesto por el capitalismo al que hacíamos referencia al comienzo de este texto y priman el aprendizaje en relación con las personas. Cómo diría Illich en La sociedad desescolarizada:

  • Los profesores de habilidades se hacen escasos por la creencia en el valor de los títulos. La certificación es una manera de manipular el mercado y es concebible sólo para una mente escolarizada. La mayoría de los profesores de artes y oficios son menos diestros, tiene menor inventiva y son menos comunicativos que los mejores artesanos y maestros.
  • La instrucción libre y rutinaria es una blasfemia subversiva para el educador ortodoxo. Ella desliga la adquisición de destrezas de la educación ‘humana’, que la escuela empaca conjuntamente, y fomenta así el aprendizaje sin título o permiso no menos que la enseñanza sin título para fines imprevisibles.

Dos citas muy prácticas para entender la filosofía del CIDECI que se basa en tres principios inquebrantables: “aprender haciendo”, “aprender a aprender” y “aprender a ser más”. Estos principios ejercen de guía principal a la vez que sirven de bola de demolición contra lo ya impuesto en materia de educación por el sistema actual. Una red entretejida por y para los indígenas de la mano del “Doc” Raymundo. “Seguir haciendo, seguir formando sin perder de vista las directrices del EZLN y de los pueblos originarios”. Porque la Universidad de la Tierra es por y para ellos.

Publicado en el blog
https://silviadistopia.wordpress.com/2015/03/05/autonomia-y-aprendizaje-en-cideci-unitierra/,
5 de marzo de 2015.

Para más información sobre los seminarios organizados por la Universidad de la
Tierra consulta las transmisiónes en vivo en el sitio:

http://seminarioscideci.org/
https://www.youtube.com/watch?v=XRzTfaieltA

Météo des Luttes – mars-avril 2019 –

World

fr-FR en-EN de-DE es-ES it-IT pt-PT

Météo des Luttes – mars-avril 2019 –

Barometer of struggles – March-April 2019 –

Streikwetterdienst – März / April 2019 –

Barómetro de las luchas – marzo-abril de 2019 –

Meteo delle lotte – marzo-aprile 2019 –

Clima das lutas – Março-Abril de 2019 –

Aux quatre coins de la planète, des étudiants, des universitaires, des chercheurs, mais aussi des lycéens ou des enseignants, se mobilisent pour s’opposer aux politiques néolibérales et conquérir de nouveaux droits. Et la plupart du temps, nous n’en savons rien ou si peu…
Nous nous proposons donc de tenir sur ce blog une « météo des luttes », organisée sous la forme de textes courts, de « brèves », suivis de liens à consulter ou de documents à télécharger.
Dans ce bulletin météo, nous vous signalons quelques-uns de ces combats, locaux et universels...

All over the world, students, academics, researchers, as well as high school students and teachers are mobilizing to oppose neoliberal policies and conquer new rights. But most of the time, we hear little or no wind of it...
We therefore propose to keep on this blog a “barometer of struggles” organized in the form of news in brief, followed by links to consult or documents to download.
In this weathercast, we signal to you a few of these recent fights, local and universal…

Überall auf der Welt kämpfen Studierende, Lehrende und Forschende, aber auch SchülerInnen oder gar Eltern, gegen neoliberale Politik und für neue Rechte. Davon erfahren wir in der Regel nur wenig…
Auf dieser Seite verzeichnen wir also einen wissenschaftlichen Streikwetterdienst aus kurzen Texten und Meldungen mit Links und Dokumenten zum Herunterladen.
In diesem Bericht stellen wir Euch einige dieser lokalen und allgemeinen Kämpfe vor.

En todas partes del mundo, estudiantes, académicos, investigadores, pero también estudiantes y profesores de secundaria se movilizan para oponerse a las políticas neoliberales y conquistar nuevos derechos. Pero la mayor parte del tiempo, no sabemos nada o muy poco....
Por lo tanto, proponemos mantener en este blog un "barómetro de las luchas", organizado en forma de resúmenes, seguidos de enlaces para consultar o documentos para descargar.
En este reporte meteorológico, señalamos algunas de estas luchas, locales y universales…

In tutto il mondo, studenti, accademici, ricercatori, ma anche studenti delle scuole superiori e insegnanti si stanno mobilitando per contrastare le politiche neoliberali e conquistare nuovi diritti. E il più delle volte non ne sappiamo nulla, o molto poco...
Proponiamo quindi di tenere su questo blog un "meteo delle lotte", organizzato in forma di brevi testi, seguiti da link da consultare o documenti da scaricare.
In questo bollettino meteorologico, diamo notizia di alcune lotte, locali e universali…

Em todo o mundo, estudantes, acadêmicos, pesquisadores, mas também estudantes do ensino médio e professores estão se mobilizando para se opor às políticas neoliberais e conquistar novos direitos. E, na maioria das vezes, não sabemos nada ou tão pouco acerca disso...
Propomos portanto manter neste blog um "clima das lutas", composto por textos curtos, "resumos", seguidos de links para consulta ou documentos para download.
Neste boletim meteorológico, relatamos algumas dessas batalhas, locais e universais…

  1. Monde

    La lutte des jeunes pour le climat est devenue mondiale

    Alors que dans le bulletin météo de janvier-février, nous annoncions le lancement des jeudis verts des lycéens en Europe et en Australie, le mouvement a très vite pris un caractère mondial comme le montre la planisphère réalisée par Fridays for future.org. Le 15 mars, la grève mondiale des jeunes a réuni près de 1,5 million d’élèves et d’étudiants dans plus de 70 pays.

  2. Afrique
    • Afrique du Sud
      NewImageStudents clashed with police in Johannesburg’s University of the Witwatersrand (WITS) on February 7. The protests come after the tertiary’s Student Representative Council (SRC) called for a national shutdown of all tertiary campuses, as they demand that homeless fellow students should be provided with adequate accommodation and students who have historical debts be allowed to register at the university.
    • Algérie
      NewImageSuite à la mobilisation massive des étudiants pour le retrait de la candidature du président Bouteflika à un 5ème mandat, la police a tenté d’évacuer des milliers d’entre eux qui protestaient pacifiquement contre la nomination, le mardi 9 avril, d’Abdelkader Bensalah en tant que président de l’Algérie par intérim. Face la répression policière, les étudiants ont promis de marcher tous les jours.
    • Côte d’Ivoire
      NewImagePartout dans le monde, l'application du néo-libéralisme à l'Enseignement Supérieur et à la Recherche entraîne une multiplication des fraudes. On en trouvera un exemple en Côte d'Ivoire, via le combat du collectif des enseignants-chercheurs et chercheurs de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan Cocody (Codec). Ce collectif est monté au créneau pour tenter de désamorcer le conflit qui les oppose au président de l'Université. Dans une déclaration faite à la presse, Dr Oumar Yéo et ses camarades démontent la gestion du Pr. Abou Karamoko et lui font des propositions de sortie de crise.
    • Kenya

      Student riots happened in Laikipia University after cultural festival week reduced to one day in Nyahururu.
      The students were protesting over the shortening of this year’s cultural week from five to one day. “We have been holding a cultural week in every academic year. This year’s event was set to start yesterday (Monday 25 March) up to Friday. But yesterday, we were notified by the university’s administration that we will only hold the event on Friday”, said the student who sought anonymity. Another student said that the university management cited lack of funds for the changes. “Why is the university citing lack of funds for shortening the period of the cultural event yet the money had been factored in the fees?”, posed another student.

    • Mali

      Grève des enseignants : les négociations se poursuivent entre les syndicats et le gouvernement. La grève des huit syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016, déclenchée le lundi 11 mars 2019, est prévue pour durer jusqu’au 5 avril prochain. Ce débrayage paralyse les écoles du pays depuis plusieurs mois.

    • Maroc
      NewImageDes affrontements ont eu lieu à Rabat lors de la manifestation du 20 février alors que le problème des enseignants contractuels reste sans issue. Libération parle de panne de courant entre le ministère et les syndicats. « Le gouvernement s’attache à recruter par contrat, tout en introduisant 14 amendements au statut des fonctionnaires des académies », y lit-on. 

      Police clashed with demonstrators in Rabat on Wednesday February 20 during a strike called by labour unions and workers to protest against lacking reforms.
    • Niger
      NewImageComme nous le signalions déjà dans la météo des luttes de janvier-février, les universités sont toujours paralysées par un mois de grève des enseignants qui réclament une amélioration de leurs conditions de vie et de travail.
    • Ouganda

      Kyambogo university student loses hand in protest against new tuition policy. However, students have vowed not to stop until the policy is revised.

    • Sénégal
      NewImageZiguinchor : le système éducatif paralysé à 65% par une grève régionale des enseignants et une marche nationale des élèves des Eaux et Forêts.
    • Tunisie
      TunisDes affrontements entre des étudiants affiliés à l’Union Générale des étudiants de Tunisie (UGET) et la police ont eu lieu le mercredi 10 avril 2019, devant le ministère de l’Enseignement Supérieur ainsi que devant de nombreuses institutions universitaires relevant de l’université de Sousse. Des étudiants, revendiquant l’organisation du concours d’aptitude au professorat de l’enseignement secondaire (CAPES), ont fermé la route et ont lancé des pierres contre les forces de l’ordre, se réfugiant dans les rues avoisinantes par la suite.
    • Zambie
      Zambian education authorities Friday April 5 shut the country’s second largest public university, the Copperbelt University (CBU), following riots. The government said the riots were caused by students who were barred from sitting examinations because they had not made the cut in continuous assessment tests but, in fact, confusion erupted at the Copperbelt University in Kitwe on Monday April 1, after Management told first year students to go back home as government can no longer provide bursaries for them.
  3. Amérique du Nord
    • Canada
      • Ontario
        Ontarion student protestThousands of students across Ontario walked out of their classes Thursday, April 4, and with their teachers and parents Saturday, April 6, to protest the cuts to public education budgets being imposed by the province’s right-wing Progressive Conservative government. The initiative was organized independently by students themselves, using the #StudentsSayNo hashtag on social media. In the little more than a week since high school student Natalie Moore called for the protest, students from more than 700 schools from all parts of the province signed up to take part.
        OPSEU First Vice-President / Treasurer Eduardo (Eddy) Almeida said the budget contains deep new cuts to a variety of ministries, including social services and post-secondary education. "They’re giving corporations billions in tax cuts, but it seemed like every second word out of the Finance Minister’s mouth was debt or deficit," said Almeida. "Even the Ontario Chamber of Commerce has been crying foul about all the financial scare-mongering this government has been doing."
    • États-Unis
      • Californie
        CalifornieAfter Oakland in march, nearly 3,000 teachers and support staff conducted a one-day strike, Thursday April 11, in Sacramento, California. The Sacramento City Teachers Association (SCTA) called the limited walkout after 92 percent of its members voted last month to authorize strike action in the state capital. "I want them to see me fight for what's right. I want my students to know that they're important enough to me that I'll fight for them and I'll say what needs to be said as best I can," said a seventh-grade teacher.
      • Illinois
        NewImageAfter two weeks on the picket line and more than a year at the bargaining table, teaching and graduate assistants at the University of Illinois at Chicago have made a deal that will put more than 1,500 employees back to work, union leaders said Friday.
        But despite agreeing to terms for a new contract late Thursday, the union continued its strike which began March 19 because the terms of ending the walkout — such as how workers could recoup lost pay — weren’t final, the union said.
      • Kentucky
        NewImageMore than 60 University of Kentucky students joined a hunger strike by the end of March meant to pressure school leaders to take specific steps to reduce food and housing insecurity among the student body. Research conducted at University of Kentucky in fall 2017 showed that 43 percent of the students who were surveyed had experienced some degree of food insecurity in the past year, while 8 percent indicated they had experienced some form of housing insecurity during that time period, according to a September 2018 workgroup presentation.
        The protest paid off, and the hunger strikers resumed eating on Tuesday, April 2. With a national spotlight on low-income and vulnerable students, the protest at Kentucky is the latest sign that colleges are being forced to do more to provide for their basic living needs.
      • Mississippi

        Anger is rippling through Mississippi, with educators threatening their first walkout in that Deep Southern state in more than 38 years.
        On March 28, the state legislature passed an insulting $1,500 pay raise for teachers and assistant teachers after decades of deep and sustained cuts to public education. The measure, passed near the conclusion of the recent legislative session, was promptly followed by a $2 million boondoggle for a school privatization program.

      • Pennsylvanie
        Philadelphia Community CollegeStrike, voted on Wednesday March 27, averted at Community College of Philadelphia, but bigger funding battle continues. Community colleges typically spend less per student than other public institutions of higher learning, even when accounting for the fact that many four-year schools dedicate money to research.
  4. Amérique du Sud
    • Colombie
      BogotaEl centro de Bogota es, de nuevo, escenario de un fuerte enfrentamiento entre el Escuadrón Movíl Antidisturbios (Esmad) y algunos estudiantes de la Universidad Distrital, sede Macarena.
      Varios estudiantes han afirmado que con la protesta se buscaba mostrar inconformidad por la actuación del gobierno de Duque frente a la reunión con la minga indígena en el Cauca, ya que el presidente se fue sin reunirse con esta comunidad y no estuvo en plaza pública con los indígenas, argumentando problemas de seguridad.
    • Honduras
      TegucigalpaMovimientos independientes de estudiantes protestaron en contra de los masivos despidos que se anunciaron para los empleados del Instituto Nacional de Formación Profesional (Infop). Las autoridades del gobierno confirmaron el despido de unos 660 empleados de la institución de formación por problemas de presupuesto.
  5. Europe
    • France
      Ils étaient des milliers à battre le pavé dans toute la France. Les enseignants étaient en grève le jeudi 4 avril et manifestaient contre les réformes du ministre Jean-Michel Blanquer.
      Alors que le décret qui instaure des droits d’inscription pour les étudiants de licence et de master hors Union européenne vient d’être publié, la contestation se poursuit, avec un élargissement du combat en faveur d'enseignement supérieur public, gratuit et émancipateur pour toutes et tous.

      La réforme du lycée est-elle un moyen de supprimer 12 000 postes et va-t-elle, une nouvelle fois, renforcer la sélection à l’université ?
      L’émission Au combat du MediaTV permet de faire le point.

      Par ailleurs la contestation des Stylos rouges se poursuit, à Rennes, Vatan, Amiens... Dans une lettre adressée au ministre de l’Éducation, mais aussi à Emmanuel Macron et Édouard Philippe, les Stylos rouges réclament l’ouverture du dialogue à propos des réformes en cours.
    • Germany

      Fruitful negotiations between public authorities and public service trade unions, including education unions affiliated to Education International, have led to salary increase of 8 % for public workers.

    • Grèce
      NewImageStudents, police clash in Athens over teacher appointments in the public school system on mid-January 2019. "I’m a full-time teacher but we stand together (with part-time staff) as this law affects (everyone)", Venetia Reppa, a teacher hit in the back by a police stun grenade, told reporters outside parliament. The education ministry is preparing to push through parliament a hiring law which teacher unions say does not sufficiently take prior experience into account.
      Greece’s public schools have suffered from spending cuts imposed as a condition of bailout agreements to end its debt crisis.
    • Pologne
      Pologne enseignants en grèveDans le cadre de la rébellion internationale d'enseignants, le lundi 8 avril, plus de 80% des 400.000 enseignants polonais ont rejoint une grève nationale illimitée. Il s'agit de la première grève nationale des enseignants dans le pays depuis 25 ans et l'une des plus grandes grèves en Pologne au cours des dernières décennies.
  6. Océanie
    • Australie
      • Tasmanie
        Tasmanian teachers begun strike action on April 2, following stoppages in November. The strike reflected pent-up anger over the stagnant wages and destruction of conditions imposed by successive Labor and Liberal state governments. In Hobart, the teachers joined hundreds of public sector workers, including nurses, firefighters and parks and wildlife officers, at a stop-work rally that packed City Hall.

Vers une société du partage des savoirs, de tous, par tous et pour tous

We are pleased to announce the launch of the 1st Congress of the International of Knowledge for All (IKA). This meeting will take place on Friday 22 and Saturday 23 November 2019, in Marseille (France). It is open to all, members or not of the IKA. You will find below the programme which indicates the spirit and content of these days. If you want to participate, please send an email to polpatricia97@gmail.com or pierre.bitoun@wanadoo.fr.
Nous avons la joie de vous annoncer la tenue du 1er congrès de l’Internationale des savoirs pour tous (IDST), qui aura lieu les vendredi 22 et samedi 23 novembre 2019, à Marseille (France). Il est ouvert à tous, membres ou non de l’IDST. Vous pourrez en lire ci-dessous le programme qui indique l’esprit et le contenu de ces journées. Si vous voulez y participer, merci d’envoyer un mail à polpatricia97@gmail.com ou pierre.bitoun@wanadoo.fr.
Nos complace anunciar la celebración del 1er Congreso de la Internacional del saber para Todos (IDST). Este encuentro tendrá lugar el viernes 22 y el sábado 23 de noviembre de 2019, en Marsella (Francia). Está abierto a todos, socios o no de IDST. Puede leer más abajo el programa que indica el espíritu y el contenido de estos días. Si desea participar, por favor envíe un correo electrónico a polpatricia97@gmail.com o pierre.bitoun@wanadoo.fr.
NewImage

Date : 22-23 November 2019
Location : Marseille, in La Marseillaise's offices
Public: IKA members and other students, education and HER staff, community, trade union and political activists, interested citizens...

In France, Europe and the world, the battles against neoliberal policies in Higher Education and Research (HER), and more broadly in Education, are multiplying. Both local and universal, varied but convergent, they demonstrate the rise of new worldviews and new power relations against the oligarchs of the all-market and they carry within them the construction of a knowledge society for all, post-capitalist and post-productivist.

Rather than repeating the umpteenth criticism of neoliberalism, the meeting will be resolutely turned towards the future, divided into three themes, each corresponding to a half-day of collective reflection:

  1. What is the future society of knowledge sharing, of all, by all and for all? What are its philosophical, political, social and moral foundations? Which thinkers, which historical experiences are we the heirs of and how can we make them contemporary? How do free and shared knowledge, within and outside the walls of existing institutions, form part of the individual and collective aspiration for a deep and all-embracing democratisation of pseudo-representative democracy, for overpassing capitalist and productivist society? (Friday 14h-18h)
  2. Where are we today with this future society? What does the rise of a citizen's intelligence tell us, in France, Europe or the world, whether it is reflected in political programmes, trade union or association projects, alternative local experiences? What conclusions can be drawn from this? What are the limits and benefits, the pitfalls and hopes? (Saturday 9am-12:30pm)
  3. How can we move forward, tomorrow, towards this society? How can we not stay in our own corner? What links should be built between all the actors in this knowledge-sharing society, whether they are local, regional, national or international links? What role can the very young IKA play in it, with many other groups? What ideas, what unifying actions should be implemented at the end of this meeting? (Saturday 14h-18h)

Logically, it will be left the largest part to exchange and debate: it will not be yet another conference, between oneself and too often encouraging your ego, but a meeting for collective thought and action together. Each half-day will therefore be opened with an introduction of 20-30 minutes maximum, intended to launch the discussion.

Date : 22-23 novembre 2019
Lieu : Marseille, salle dans les locaux de La Marseillaise
Public : membres de l’IDST et autres étudiants, personnels de l’Éducation et de l’ESR, militants associatifs, syndicaux et politiques, citoyens intéressés…

En France, en Europe ou dans le monde, les combats contre les politiques néolibérales dans l’Enseignement supérieur et la Recherche (ESR), et plus largement dans l’Education, se multiplient. Tout à la fois locaux et universels, variés mais convergents, ils manifestent la montée de nouvelles visions du monde et de nouveaux rapports de force contre les oligarques du tout-marché et ils portent en eux la construction d’une société du savoir pour tous, post-capitaliste et post-productiviste.

Plutôt que de répéter l’énième critique du néolibéralisme, la rencontre sera résolument tournée vers l’avenir, déclinée autour de trois thématiques correspondant chacune à une 1/2 journée de réflexion collective :

  1. Qu’est-ce que la future société du partage des savoirs, de tous, par tous et pour tous ? Quels en sont les fondements philosophiques, politiques, sociaux, moraux ? De quels penseurs, de quelles expériences historiques sommes-nous les héritiers et comment les rendre contemporains ? Comment les savoirs, libres et partagés dans et hors les murs des institutions existantes, font-ils partie de l’aspiration à une démocratisation profonde et tous azimuts de la démocratie pseudo-représentative, à un dépassement de la société capitaliste-productiviste ? (Vendredi 14h-18h)
  2. Où en est-on, aujourd’hui, de cette société à venir ? Que nous raconte, en France, en Europe ou dans le monde, la montée d’une intelligence citoyenne, qu’elle se manifeste dans les programmes politiques, les projets syndicaux ou associatifs, les expériences alternatives locales ? Quel bilan peut-on en tirer ? Quels en sont les limites et les bienfaits, les pièges et les espoirs ? (Samedi 9h-12h30)
  3. Comment avancer, demain, vers cette société ? Comment ne pas rester chacun dans son coin ? Quels liens construire entre tous les acteurs de cette société du partage des savoirs, qu’il s’agisse de liens locaux, régionaux, nationaux ou internationaux ? Quel rôle peut-y jouer la toute jeune IDST, avec bien d’autres collectifs ? Quelles idées, quelles actions fédératrices mettre en œuvre à l’issue de cette rencontre ? (Samedi 14h-18h)

Logiquement, il sera laissé la plus large part à l’échange et au débat : il ne s’agira pas d’un énième colloque, entre soi et favorisant trop souvent le tout à l’ego, mais d’une rencontre pour la pensée collective et l’agir ensemble. Chaque demi-journée sera donc ouverte par une introduction de 20-30 minutes maximum, destinée à lancer la discussion.

Fecha: 22-23 noviembre del 2019
Localización: Marsella (Francia), en las oficinas de La Marseillaise
Público: Socios de la IDST y otros estudiantes, personal educativo y de ESI, activistas comunitarios, sindicales y políticos, ciudadanos interesados...

En Francia, en Europa y en el mundo, las batallas contra las políticas neoliberales en materia de enseñanza superior e investigación (ESI), y más ampliamente en materia de educación, se multiplican. Tanto locales como universales, variadas pero convergentes, demuestran el surgimiento de nuevas visiones y relaciones de poder contra los oligarcas del todo-mercado y llevan en sí la construcción de una sociedad del conocimiento para todos, post-capitalista y post-productivista.

En lugar de repetir la enésima crítica al neoliberalismo, la reunión se orientará decididamente hacia el futuro, dividida en tres temas, cada uno de los cuales corresponde a una media jornada de reflexión colectiva:

  1. ¿Cuál es la futura sociedad del intercambio de los saberes, de todos, por todos y para todos? ¿Cuáles son sus fundamentos filosóficos, políticos, sociales y morales? ¿Qué pensadores, qué experiencias históricas somos herederos y cómo podemos hacerlas contemporáneas? ¿Cómo el conocimiento libre y compartido, dentro y fuera de los muros de las instituciones existentes, forma parte de la aspiración a una democratización profunda y global de la democracia pseudo-representativa, a la superación de la sociedad capitalista productivista? (viernes 14h-18h)
  2. ¿Dónde estamos hoy con esta sociedad futura? ¿Qué nos cuenta el aumento de la inteligencia ciudadana, en Francia, en Europa o en el mundo, que sea reflejada en programas políticos, proyectos sindicales o asociativos, experiencias locales alternativas? ¿Qué conclusiones se pueden sacar de esto? ¿Cuáles son los límites y beneficios, las trampas y las esperanzas? (sábado 9am-12 :30pm)
  3. ¿Cómo podemos avanzar mañana hacia esta sociedad? ¿Cómo podemos no quedarnos cada uno en su propio rincón? ¿Qué vínculos deben establecerse entre todos los actores de esta sociedad del conocimiento, ya sean locales, regionales, nacionales o internacionales? ¿Qué papel pueden desempeñar la muy joven IDST, con muchos otros grupos? ¿Qué ideas, qué acciones unificadoras se deberían implementar al final de esta reunión? (sábado 14h-18h)

Lógicamente, se dejará la mayor parte para el intercambio y el debate: no será otra conferencia más, entre uno mismo y con demasiada frecuencia promoviendo al ego, sino un encuentro para el pensamiento y la acción colectiva juntos. Por lo tanto, cada medio día se abrirá con una introducción de 20 a 30 minutos máximo, con el fin de iniciar el debate.