Qui sommes nous ?

Le 25 mai 2018, alors que se tenait à Paris un énième sommet néolibéral lié au processus de Bologne, La France Insoumise a organisé à l’Assemblée nationale une journée de débats intitulée « Pour une université européenne insoumise ».

À la suite de cette journée, à laquelle ont contribué de nombreux chercheurs, universitaires, étudiants, militants associatifs, syndicaux et politiques venant de tous horizons et de différents pays (Allemagne, Argentine, Colombie, Espagne, France, Grèce, Italie, Royaume-Uni, Suède…), il a été décidé par l’ensemble des participants de lancer un appel​ à la création d’un réseau alternatif mondial de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR).

Ce réseau, désormais constitué, réunit à ce jour 340 signatures, individuelles et collectives, représentant 35 pays, et a pris pour nom « L’Internationale des Savoirs pour Tous ». Vous pouvez en devenir membre en signant le texte de notre appel fondateur, « La science pour le plus grand nombre, pas pour l’argent », disponible en plusieurs langues (français, anglais, allemand, espagnol, italien, portugais).

L’Internationale des Savoirs pour Tous poursuit trois objectifs principaux :
1) critiquer, dans chaque pays et partout, les orientations, le contenu et la mise en œuvre des politiques néolibérales ;
2) fédérer et dynamiser les luttes, locales, nationales et internationales en cours ou à venir ;
3) démontrer que des propositions et programmes alternatifs au « tout-marché » de l’ESR sont d’ores et déjà prêts ou en voie d’élaboration.

N’hésitez pas à participer à ces différents objectifs en nous envoyant vos contributions, écrites ou filmées, aux adresses électroniques indiquées dans la page contacts. Pour faciliter le travail de chacun et faire vivre notre internationale dans sa diversité, ces contributions seront publiées dans leurs langues d’origine.

L’Enseignement Supérieur et la Recherche, la société, le monde d’après les marchands sont à notre portée. Ils s’inventent déjà, dans nos résistances, nos créations, nos visions de l’avenir. Il ne tient qu’à vous d’y prendre part.

On 25 May 2018, while yet another neoliberal summit linked to the Bologna Process was being held in Paris, « France insoumise » organised a day of debates entitled « For a rebellious European university » at the National Assembly.

Following this day, to which many researchers, academics, students, association, trade union and political activists from all horizons and from different countries (Argentina, Colombia, France, Germany, Greece, Italy, Spain, Sweden, United Kingdom...) contributed, it was decided by all participants to launch a call for the creation of an alternative global Higher Education and Research (HER) network.

This network, which has now been set up, currently gathers 340 signatures, both individual and collective, representing 35 countries, and has taken the name "The International of Knowledge for All". You can become a member by signing the text of our founding call, "Science for the many, not for money", available in several languages (French, English, German, Italian, Portuguese, Spanish).

The International of Knowledge for All has three main objectives:
1) to criticise, in each country and everywhere, the orientations, content and implementation of neoliberal policies;
2) to federate and energise the local, national and international struggles in progress or to come;
3) to demonstrate that alternative proposals and programs to the "all-market" of HER are already ready or under development.

Feel free to participate in these different objectives by sending us your contributions, written or filmed, to the e-mails indicated in the contacts page. To facilitate the work of everyone and to keep our international community alive in its diversity, these contributions will be published in their original languages.

Higher Education and Research, society, the world after the merchants are within our reach. They are being invented already, in our resistances, our creations, our visions of the future. It is up to you to be part of it.

Am 25. Mai fand in Paris ein neues neoliberales Gipfeltreffen zum Bologna-Prozess statt. Am selben Tag unterstüzte die Parlamentsfraktion « Das Aufstehende Frankreich » eine eintägige internationalistische Arbeitssitzung mit dem Namen « Europas Hochschulen stehen auf ».

Teilgenommen hatten zahlreiche ForscherInnen, HochschullehrerInnen, StudentInnen, AktivistInnen und Gewerschaftsmitglieder aus mehreren Traditionen und Ländern (Deutschland, Argentinien, Kolombien, Spanien, Frankreich, Griechenland, Italien, Großbritannien, Schweden…). Anschließend wurde von allen TeilnehmerInnen beschlossen, einen Aufruf für die Bildung eines alternativen Netzwerks für Hochschulen und Wissenschaft zu entwerfen.

Anfang 2019 bestand dieses Netzwerk aus 340 UnterzeichnerInnen aus 35 Ländern, und firmiert unter dem Namen Internationales Netzwerk « Wissen für Alle ». Auch Sie können uns unterstützen, indem Sie den Aufruf unterzeichnen : « Wissenschaft für die Vielen statt Wissenschaft für Profit ».

Das Internationale Netzwerk Wissen für Alle verfolgt drei Hauptziele :
1) Die weltweite Kritik an der Neoliberalisierung von Hochschulen und Wissenschaft

2) Die Förderung und Annäherung der lokalen, nationalen und internationalen Kämpfe gegen diese Neoliberalisierung

3) Die Illustration bestehender Alternativvorschläge auf diese marktkonforme Wissenschaftspolitik.

Sie Können diese drei Hauptziele fördern, indem Sie schriftliche oder filmische Beiträge zu den jeweiligen Kontaktadressen schicken (siehe Kontaktseite). Um die Arbeit aller Mitarbeiter zu erleichtern und die Vielfalt des internationalen Netzwerks zu unterstreichen, werden die Beiträge jeweils in der Originalsprache veröffentlicht.

Die Gesellschaft, die Welt, die Hochschule und die Wissenschaft nach dem Zeitalter des Marktes befinden sich schon im Entstehen. Sie entstehen durch unseren Widerstand, unsere Initiativen, unsere Zukunftsprojekte. Es kommt nur auf Sie an, dazu Ihren Beitrag zu liefern.

El 25 de mayo de 2018, mientras se celebraba en París otra cumbre neoliberal relacionada con el proceso de Bolonia, « France insoumise » organizó un día de debates en la Asamblea Nacional titulado « Por una universidad europea insubordinada ».

Después de este día, a la que contribuyeron muchos investigadores, académicos, estudiantes, activistas asociativos, sindicales y políticos provenientes de todos los horizontes y de diferentes países (Alemania, Argentina, Colombia, España, Francia, Grecia, Italia, Reino Unido, Suecia...), todos los participantes decidieron lanzar una convocatoria para la creación de una red mundial alternativa de Educación Superior e Investigación (ESI).

Esta red, que ya ha sido creada, reúne actualmente 340 firmas, tanto individuales como colectivas, que representan 35 países, y ha tomado el nombre de « La Internacional del Saber para Todos ». Usted puede hacerse socio firmando el texto de nuestro llamamiento fundador, « Ciencia para todos, no por dinero », disponible en varios idiomas (francés, inglés, alemán, español, italiano, portugués).

La Internacional del Saber para Todos tiene tres objetivos principales :
1) criticar, en cada país y en todas partes, las orientaciones, el contenido y la aplicación de las políticas neoliberales ;
2) federar y dinamizar las luchas locales, nacionales e internacionales actuales o futuras ;
3) demostrar que las propuestas y los programas alternativos al « todo mercado » de la ESI ya están listos o en desarrollo.

Siéntase libre de participar en estos diferentes objetivos enviándonos sus contribuciones, escritas o filmadas, a los correos electrónicos indicados en la página de contactos. Para facilitar el trabajo de todos y mantener viva la diversidad de nuestra internacional, estas contribuciones se publicarán en sus idiomas originales.

La Educación Superior y la Investigación, la sociedad, el mundo después de los comerciantes están a nuestro alcance. Ya se están inventando, en nuestras resistencias, en nuestras creaciones, en nuestras visiones del futuro. Depende de ustedes ser parte de ellas.

Il 25 maggio 2018, in occasione dell’ennesimo vertice neoliberale legato al processo di Bologna a Parigi, «La France Insoumise» ha organizzato una giornata di dibattiti dal titolo «Per un’università europea insubordinata» all’Assemblea nazionale.

In seguito a questa giornata, alla quale hanno contribuito numerosi ricercatori, accademici, studenti, militanti sindacali, politici o del mondo associativo di ogni estrazione sociale e di diversi paesi (Argentina, Colombia, Francia, Germania, Grecia, Italia, Spagna, Svezia, Regno Unito...), è stato deciso da tutti i partecipanti di lanciare un appello per la creazione di una rete globale alternativa di Insegnamento Superiore e di Ricerca (ISR).

Questa rete è stata creata e raccoglie attualmente 340 firme, individuali e collettive, in rappresentanza 35 paesi, e ha preso il nome di «L’Internazionale della Conoscenza per Tutti». Puoi diventare membro firmando il testo del nostro appello fondativo, «La scienza per i molti, e non per i soldi», disponibile in diverse lingue (francese, inglese, italiano, portoghese, spagnolo, tedesco).

L’Internazionale della Conoscenza per Tutti ha tre obiettivi principali:
1) criticare, ovunque e in ogni paese, gli orientamenti, i contenuti e l'attuazione delle politiche neoliberali;
2) federare e animare le lotte, locali, nazionali e internazionali in corso o a venire;
3) dimostrare che proposte e programmi alternativi al sistema di ISR centrato sul mercato sono già pronti o in fase di sviluppo.

Sentitevi liberi di contribuire a questi diversi obiettivi inviandoci i vostri contributi, scritti o filmati, agli indirizzi e-mail indicati nella pagina dei contatti. Per facilitare il lavoro di tutti e mantenere viva la nostra rete internazionale nella sua diversità, questi contributi saranno pubblicati in lingua originale.

L’Insegnamento Superiore e la Ricerca, la società, il mondo al di là del mercato sono alla nostra portata. Li stiamo già inventando, nella nostra resistenza, nelle nostre creazioni, nelle nostre visioni del futuro. Sta a voi farne parte.

Em 25 de maio de 2018, enquanto outra cúpula neoliberal relacionada ao processo de Bolonha estava sendo realizada em Paris, « France insoumise » organizou um dia de debates na Assembléia Nacional intitulado « Por uma universidade europeia insubordinada ».

Após esse dia, para o qual contribuiram muitos pesquisadores, acadêmicos, estudantes, sindicalistas e ativistas políticos provenientes de todos os horizontes e de diferentes países (Alemanha, Argentina, Colômbia, Espanha, França, Grécia, Itália, Reino Unido, Suécia...), foi decidido por todos os participantes lançar um chamamento à criação de uma rede alternativa global de Ensino Superior e Pesquisa (ESP).

Esta rede, agora criada, reúne actualmente 340 assinaturas, individuais e colectivas, representando 35 países, e recebeu o nome de « Internacional do Saber para Todos ». Pode tornar-se membro assinando o texto do nosso chamamento fundador, « Ciência para todos, não para o dinheiro », disponível em várias línguas (francês, inglês, alemão, espanhol, italiano, português).

Internacional do Saber para Todos tem três objetivos principais :
1) criticar, em cada país e em todos os lugares, as orientações, o conteúdo e a implementação das políticas neoliberais ;
2) federar e energizar as lutas locais, nacionais e internacionais em curso ou futuras ;
3) demonstrar que as propostas e programas alternativos de ESP ao « todo para o mercado » já estão prontos ou em desenvolvimento.

Sinta-se à vontade para participar nestes diferentes objectivos, enviando-nos as suas contribuições, escritas ou filmadas, para os e-mails indicados na página de contactos. Para facilitar o trabalho de todos e manter viva a nossa comunidade internacional na sua diversidade, essas contribuições serão publicadas nas suas línguas originais.

O Ensino Superior e a Pesquisa, a sociedade, o mundo para além dos comerciantes estão ao nosso alcance. Eles já estão sendo inventados, em nossas resistências, em nossas criações, em nossas visões de futuro. Cabe a você fazer parte delas.

Posts les plus consultés de ce blog

Ciencia para la gente o para el lucro ?

 

es-ES

Ciencia para la gente o para el lucro ?

La propuesta de una nueva ley de ciencia y tecnología presentada por la senadora Ana Lilia Rivera ha causado revuelo mediático, la cual, sin embargo, está lejos de tocar el verdadero fondo de la controversia: durante casi dos décadas el sistema público de ciencia y tecnología en México ha sido modelado para convertirse en una fuente de jugosos subsidios para enormes empresas trasnacionales y nacionales, que sólo ha abonado a sus ganancias privadas sin dejar nada al país.

Los que más airadamente opinan en este debate mediático son quienes han construido y defienden ese statu quo, un sistema de ciencia y tecnología drenado por el huachicoleo científico legalizado, con líneas de trabajo que favorecen a las élites y que no responden a las necesidades de la mayoría de la población.

No sólo se han entregado enormes cantidades de dinero a grandes empresas sin casi ninguna contraprestación. El sistema también cobijó el desarrollo de actividades nocivas y contaminantes de esas compañías en varios rubros industriales.

Un ejemplo de ese sistema perverso lo vemos con los subsidios del Programa de Estímulos a la Innovación (PEI) del Conacyt y las acciones complementarias de la Comisión Intersecretarial de Bioseguridad y Organismos Genéticamente Modificados (Cibiogem)

Como reporté anteriormente, de 2009 a 2017 el PEI entregó a las mayores trasnacionales globales de transgénicos, Monsanto, PHI México (propiedad de DuPont), Dow y Bayer, cerca de 50 millones de pesos para sus investigaciones sobre maíz y agrotóxicos. Al mismo tiempo, la Cibiogem, con Sol Ortiz como secretaria ejecutiva, autorizó a las mismas empresas decenas de experimentos de campo con maíz transgénico en varios estados del país, así como cientos de miles de hectáreas de plantación de algodón y soya transgénica, con graves impactos ambientales y sociales. Todo ello contra las opiniones mayoritarias vertidas en consultas públicas y pese a que en muchos casos hubo dictámenes negativos de otras instituciones oficiales (Conabio, Conanp, Inecc). Paralelamente, el PEI entregó más de un millón de pesos a Dow para evaluar sus primeros eventos biotecnológicos, costo que las empresas deben asumir como parte de los requerimientos legales de bioseguridad. En todo el mundo es problema que sean las propias empresas interesadas las que evalúan los cultivos transgénicos que solicitan liberar. A este cuestionamiento responden argumentando que así la evaluación no se paga con fondos públicos. Salvo en México, donde se les entrega dinero público para eso mismo mediante otro brazo del sector de ciencia y tecnología.

La modificación de las leyes y normativas en ciencia y tecnología en los tres sexenios pasados ha estado mayoritariamente centrada en favorecer a las empresas, por lo que, aunque muchas de esas acciones sean legales, de ninguna manera son legítimas. Estos cambios se han acompañado además de la proliferación de nuevas instituciones y oficinas sobre ciencia y tecnología adjuntas a la Presidencia y estados, que duplicaron innecesariamente las tareas asignadas al Conacyt pero han sido canales para lograr aún más influencia de proyectos e intereses particulares. Por ello, la iniciativa de ley plantea terminar con algunas de estas instancias.

Otro aspecto clave ha sido el simulacro de consulta sobre estas modificaciones y políticas. La participación plural y efectiva de toda la comunidad científica se sustituyó por la integración al sistema de la asociación civil Foro Consultivo de Científico y Tecnológico (FCCyT). Aunque esta organización nominalmente agrupa a la dirección de importantes instituciones de investigación y educación nacionales –no así a toda la comunidad de esas instituciones–, también integran su directiva cuatro grandes asociaciones industriales: la Confederación de Cámaras Industriales (Concamin), el Consejo Nacional Agropecuario (CNA), la Confederación Patronal de la República Mexicana (Coparmex) y la Cámara Nacional de la Industria de Transformación (Canacintra), en las cuales son miembros las empresas beneficiadas por el sistema de apoyos y subsidios en ciencia y tecnología. Como resultado, el FCCyT ha sido el principal órgano de cabildeo de los interesesempresariales y de investigación elitista en las políticas públicas. La iniciativa de ley plantea abrir las consultas a más sectores científicos y sociales que antes no podían expresarse.

En efecto, el mecanismo actual no sólo sustituyó la participación real de gran parte de la comunidad científica, sino también obvió que el resto de la población del país tiene derecho a participar en la definición de políticas públicas sobre ciencia y tecnología y su orientación, especialmente las comunidades que serán potencialmente afectadas. Por todo ello es fundamental que sean éstos quienes ahora conozcan y participen en la discusión de una nueva ley de ciencia y tecnología que ciertamente tiene aspectos a debatir. No son los que crearon y se han beneficiado del sistema perverso los que propondrán su cambio.

 

Silvia Ribeiro es investigadora del Grupo ETC

Primeras publicaciones en:

https://www.jornada.com.mx/2019/03/30/opinion/018a1eco
30 de marzo de 2019.

http://www.biodiversidadla.org/Documentos/Ciencia-para-la-gente-o-para-el-lucro
1 abril 2019.

Chercheur tu veux être, MacGyver tu seras !

fr-FR

Chercheur tu veux être, MacGyver tu seras !

À l’approche de notre premier congrès à Marseille, les 22 et 23 novembre prochains, nous publions ci-dessous un article de Laure Ferrand qui, à travers le récit de sa propre expérience à l’Université de Tours, rejoint en conclusion le sujet de nos futures rencontres phocéennes : comment penser et construire une société du partage des savoirs, de tous, par tous et pour tous ?

La Rédaction du blog

Ah l’université ! Le lieu du savoir, de la transmission des connaissances, de la recherche, de la découverte et de personnels bien traités et rémunérés, voilà l’image du sens commun, celle que beaucoup de gens ont de cette institution. Or, il n’en est rien. Comme tous les milieux de travail et de vie aujourd’hui, elle est bien sûr touchée et concernée par les politiques destructrices du néolibéralisme, entre austérité et précarité, soumission à la concurrence et à la logique de marché, mise en concurrence de tous contre tous et considération de tous, étudiants comme enseignants-chercheurs, comme des consommateurs de cours pour les uns ou des marathoniens et sprinteurs à la course à l’excellence pour les autres.

Pour établir ce constat, je voudrais vous parler de ma propre expérience à l’université. Un peu de socioanalyse comme on appelle ça, ça ne fait pas de mal et puis finalement ce que l’on vit est toujours le reflet, l’expression de quelque chose de plus vaste, qui concerne la société dans son ensemble.

Je voudrais décrire une scène. Une scène qui se déroule à l’université de Tours. Une salle de cours au troisième étage des Tanneurs, une scène réunissant une trentaine d’étudiants en première année de sociologie et d’une professeure qui doit leur enseigner ce qu’est la sociologie et comment on en fait. Dans cette première description du décor, rien que du banal, mais si on creuse et qu’on s’intéresse aux uns et aux autres des protagonistes, la destruction de l’université s’y exprime avec force et même violence, parfois.

Les étudiants d’abord. Être étudiant à la fac n’est pas une aventure de tout repos. En première année, sur l’effectif de départ, généralement entre 35 et 40 étudiants par classe, n’en restera que la moitié. Un écrémage long et silencieux qui se fait tout au long de l’année. Derrière tout ça, ce sont des pénuries de bourse, des étudiants qui travaillent à côté de leurs études, une dégradation des conditions d’étude (ah oui, je ne vous ai pas dit à propos du décor, mais dans cette salle de cours, il fait froid, il y a peu de chauffage l’hiver), des universités surchargées qui deviennent en quelque sorte des voies de garage, des étudiants qui sont là parce qu’ils ne savaient pas quoi faire d’autre (comme ils disent), qu’ils ont mal été orientés, qu’ils voulaient faire autre chose. Bien sûr, il y aura ceux qui s’accrochent, qui se découvrent même une âme d’apprentis sociologues, mais pour combien de temps, et surtout combien sur tous ces étudiants ?

Et puis, il y a les effets de Parcoursup ! Bien sûr, APB n’était pas la panacée mais là on atteint des sommets. Valentine, 17 ans, est très discrète en cours. Toujours bien coiffée et maquillée, elle est toujours là, ne fait pas de bruit, pianote sur son téléphone et me regarde de temps en temps. Un jour, nous avons ensemble une longue discussion. Je lui demande ce qu’elle pense de la sociologie, de l’université, de son avenir professionnel et voici sa réponse exprimant la violence sociale et le mépris de classe dans lequel les jeunes se retrouvent plongés. Elle me dit qu’elle déteste la sociologie, qu’elle ne voulait pas faire cela et que c’était son dernier vœu sur Parcoursup. Elle, elle veut faire une école de publicité mais elle n’a pas pu y avoir accès. Alors, en accord avec sa mère, elles décident toutes deux de déjouer les pièges de Parcoursup et d’inscrire Valentine dans une école privée de publicité qui ne figure pas dans Parcoursup, comme cela elle ne risque pas d’être refoulée et de se retrouver dans cette satanée voie de garage. Elle vient d’un milieu modeste Valentine, mais bon, 7000 euros l’année d’école, c’est un sacrifice, elle fera un prêt à la banque. Aussi, l’école est à Paris là où les loyers sont hors de prix. Mais là aussi pas de souci, elle fera appel à une association mettant en relation les étudiants qui habiteront en colocation. Depuis, bien sûr, avec la fin de l’année, j’ai perdu Valentine de vue. Que devient-elle ? Que fait-elle ? A-t-elle intégré son école ? Y est-elle heureuse ?

Je dois le dire, ces situations qui se répètent d’année en année sont alarmantes et révoltantes. Car voici bien l’effet pervers de Parcoursup : tous les relégués du système scolaire, ceux qui viennent d’un milieu populaire, ceux qui n’ont pas d’argent, ceux qui ne maîtrisent pas les codes scolaires, ceux qui n’ont pas de stratégie préétablie finissent soit sans diplôme soit basculent vers le privé en contractant des dettes. Pas magnifique ça ?! Tu commences ta vie d’adulte avec la privatisation de la formation et de l’enseignement et en prime un petit prêt à la banque que tu mettras des années à rembourser.

Ensuite, il y a moi, la prof. Celle qui prise par la vocation de la sociologie avait décidé de pousser ses études jusqu’au bout et de devenir prof de fac. Des années de galère durant mon Doctorat. J’accumulais les petits boulots, je donnais des cours à la fac et à droite à gauche pour financer mes études. J’ai fait partie de cette armée des prolétaires du savoir, ces 50% des précaires de l’université qui composent aujourd’hui le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ces 50% qui gagnent deux francs et six sous, qui ne comptent pas leurs heures pour peut-être un jour devenir titulaire. Comme toutes ces petites mains qu’on appelle enseignant vacataire, chargé de cours, technicien de recherche, je trimais. 200 heures de cours sur l’année (donc plus qu’un enseignant titulaire), j’étais rémunérée 650 euros par mois. À cela ajoutons la course à l’excellence : publications, colloques, dossiers de candidatures à des postes (en sociologie, il y a un poste pour 300 candidatures). Bien sûr, tout cela n’invite pas à la solidarité et au partage entre pairs, mais plutôt à la compétition féroce, à la survalorisation de l’ego universitaire (d’ailleurs, ceux qui veulent devenir des profs de fac doivent écrire leur « ego histoire », ça en dit long sur l’état de l’identité collective de l’université et aussi sur ses capacités à se mobiliser). À cela, ajoutons de plus la logique de soumission aux appels à projet qui réduisent les chercheurs à des taches administratives qui prennent de plus en plus de temps sur l’activité première.

Cette situation de précarité a duré plusieurs années, 8 ans au total. Le tournant a été 2014, avec la mobilisation de précaires de l’université aux Tanneurs. Avec des copains, on avait décidé de faire grève pour dénoncer nos conditions matérielles de travail : payés tous les six mois, sans bureau, sans statut, sans cotisation chômage et retraite, tout ça pour les beaux yeux d’une institution qui exploite, « s’autonomise » au profit de quelques pôles d’excellence et au détriment de tous les autres.

Aujourd’hui, j’exerce mon métier de sociologue non pas à l’université mais dans une association qui dispose d’un petit laboratoire de recherche. Mais la logique est la même : appels d’offre, évaluation, restriction budgétaire, accumulation des démarches administratives. Bref, chercheur tu veux être, McGyver tu seras.

Alors, pour mettre fin au tout à l’ego des universitaires et au système clientéliste qui organise les recrutements, aux logiques de marché qui privatisent l’enseignement supérieur et la recherche, aux étudiants qui deviennent des ressources humaines, aux enseignants-chercheurs qui doivent aller toujours plus vite dans une logique de concurrence, aux précaires qui assurent la majorité des cours dans les universités, à la bureaucratie qui mange le cœur des métiers liés à la recherche, aux connaissances qui se marchandisent dans ce que l’on appelle le capitalisme de la connaissance, il est indispensable de revoir de fond en comble cette institution, qu’elle cesse de devenir une succursale du MEDEF et de Pôle Emploi, formant tour à tour les nouveaux employables de demain et les futurs chômeurs. Le savoir est une arme, ne le laissons pas aux mains des financiers, des bureaucrates et technocrates en tout genre. Soyons libres des forces de l’argent, de la concurrence, du capitalisme forcené qui exploite et aliène. Permettons à tous d’étudier dans des conditions correctes, donnons un vrai statut aux précaires et par là leur dignité, œuvrons pour que l’enseignement supérieur et la recherche soient un véritable service public au service de l’intérêt général. Car le savoir, comme l’eau, l’air, les transports, etc., est aussi un bien commun.

« Paie ta science ! », une conférence gesticulée

fr-FR

Membre de l’Internationale des Savoirs pour Tous, Alexandre Hippert a créé une conférence gesticulée sur les rapports entre marchandisation du savoir et sacralisation de la science. On en trouvera ci-dessous le texte de présentation et la vidéo déjà en ligne via l’Université populaire du pays viennois, située dans le département de l’Isère. Un grand merci à lui pour cette conférence tout à fait en écho avec la critique et les idéaux de notre Internationale. Il sera d’ailleurs présent à Marseille, lors de notre congrès des 22 et 23 novembre prochains.

La Rédaction du blog

À travers une conférence gesticulée intitulée Paie ta science !, Alexandre Hippert, doctorant en laboratoire de traitement de l’information, propose d’explorer notre rapport au progrès et à la connaissance scientifique. En puisant dans sa jeune expérience de l’enseignement supérieur et la recherche, naviguant entre découvertes scientifiques révolutionnaires, émancipation politique et anecdotes amoureuses, Alexandre nous invite à la réflexion sur la place du chercheur et du citoyen dans notre société. Une des idées est de déconstruire le « mythe » du savant et la perception du progrès scientifique dans l’imaginaire collectif et de dénoncer son instrumentalisation par l’industriel et le politique. Comment se fait-il qu’un pan entier de la connaissance financé par des fonds publics soit aujourd’hui marchandisé par certains acteurs de l’édition scientifique ? Par quels moyens ? À travers son parcours et ses déceptions successives, Alexandre nous propose d’imaginer une société où le savoir circulerait librement et ouvertement, où le citoyen serait l’acteur des décisions concernant l’utilité publique des innovations techno-scientifiques, une société où la barrière entre savant et citoyen n’existerait plus.